Une tribune de Yoni Cohen dans Les Echos : Lutte contre l obésité : vers une démocratisation du bien manger ? - Colom

Une tribune de Yoni Cohen dans Les Echos : Lutte contre l obésité : vers une démocratisation du bien manger ?

Publié le lundi 27 mars 2017 à 11h06

 

 

 

Une étude publiée en octobre dernier par l’Institut national de santé et de la recherche médicale révélait que près de la moitié de la population française de plus de 30 ans était en excès de poids. Touchant pays riches et pays pauvres, adultes et enfants, l’obésité est devenue un réel enjeu de santé publique.

De mauvaises habitudes alimentaires

Si une étude récente a montré que l'héritage génétique pouvait favoriser le surpoids chez les enfants, les mauvaises habitudes alimentaires restent bien la cause principale de l'obésité. Une alimentation bien trop souvent riche en graisse et en sucre, qui laisse de côté les vitamines, minéraux et autres micronutriments bénéfiques pour notre santé. Ces pratiques, alimentaires déjà fortement implantées dans les pays occidentaux, se sont propagées dans les pays en développement. À l'échelle mondiale, d'après l'Organisation mondiale de la Santé ce sont 39 % des femmes et 38 % des hommes qui sont considérés comme étant en surpoids. L'obésité infantile est elle aussi en nette augmentation.

En 2015, le nombre d'enfants en surpoids âgés de moins de cinq ans dans le monde est estimé à plus de 42 millions. Près de 35 millions de ces enfants vivent dans des pays en développement.
Les risques en termes de santé sont pourtant bien connus : une hausse trop importante de l'Indice de Masse Corporelle est susceptible de provoquer du diabète. Il peut également représenter un facteur de risque majeur pour certaines maladies telles que l'hypertension, les accidents cardio-vasculaires, et l'apparition de certains cancers.

Vers une démocratisation du "bien manger" ?

La fracture alimentaire a provoqué un gouffre entre une minorité de la population ayant accès à des produits de qualité et une majorité soumise à une consommation orchestrée par la grande distribution. Il est désormais nécessaire d'instaurer une alimentation saine et variée pour tous, mais surtout respectueuse de l'environnement.
Des alternatives faciles à mettre en place existent pour s'alimenter de façon plus saine et plus équilibrée au quotidien. Il est ainsi nécessaire de diminuer sa consommation de viande rouge, de sucre, de sel et de privilégier les aliments de qualité, de préférence les produits de saison et de proximité. Une étude scientifique du British Journal of Nutrition montre que "manger bio" diminue les risques de surpoids. Cette tendance alimentaire séduit déjà 7 Français sur 10 qui consomment régulièrement des produits issus de l'agriculture biologique d'après une étude menée par l'Agence Bio.

Les bonnes pratiques alimentaires commencent également dès le plus jeune âge. Les parents se doivent d'initier leurs enfants à une éducation alimentaire saine et équilibrée. Des exemples tout simples sont à mettre en oeuvre comme limiter la restauration rapide et la "malbouffe", diminuer un maximum les boissons sucrées et favoriser cinq fruits et légumes par jour. Adopter une hygiène de vie alliant exercice régulier et alimentation équilibrée est la clé pour lutter contre l'obésité.

De nombreux chefs cuisiniers ont déjà tiré la sonnette d'alarme sur les problématiques de malnutrition. Une tribune rédigée par le chef Olivier Roellinger dénonce ainsi les dégâts de l'agriculture de masse ainsi que les conséquences de sa consommation, dont l'obésité fait partie : "L'accès au "bien manger" ne doit pas être un privilège, mais un droit inaliénable et indépendant de toute notion de revenu". Ce droit au bien manger pour l'ensemble de la population serait une révolution dans nos habitudes alimentaires, bénéfique pour l'homme et l'environnement.

D'autres chefs étoilés se sont mis en avant pour encourager la démocratisation du "bien manger". Par l'intermédiaire du programme "Moi Président", le chef Lionel Giraud a annoncé que sa "première mesure serait d'établir une base pour que les gens soient heureux. Cela passe par une bonne alimentation. Beaucoup de chercheurs et de scientifiques ont réfléchi sur le sujet. Ils se sont rendu compte qu'une alimentation saine a des effets positifs pour l'être humain, lui apportant santé et bien-être"

C'est en réussissant à promouvoir le concept de "bien manger" auprès des différentes couches sociales de la population que nous réussirons à lutter activement contre l'obésité. Il apparait essentiel d'inciter les individus à s'alimenter de façon saine et équilibrée, notamment en réduisant leurs quantités de sucres et de graisse, mais aussi de leur donner les moyens de modifier leurs habitudes. C'est en donnant un accès facile aux aliments de qualité à l'ensemble de la population, et ceci au juste prix, que nous réussirons à lutter activement contre le surpoids. C'est également en mettant en avant les productions locales que nous deviendrons des citoyens respectueux de l'environnement, tout en adoptant une alimentation saine et équilibrée bénéfique à notre santé.


En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-167932-lutte-contre-lobesite-vers-une-democratisation-du-bien-manger-2074911.php#vyXYz3gKr4Z2YJ8u.99